Lien vers ce message 08 Juin 2015, 9:55
Publié le 08-06-2015 Par RFI

http://scd.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_16x9_1024_578/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/Beir%20Zeit%20universit%C3%A9_0.jpg
L'université de Bir Zeit, près de Ramallah.
Photo: Public Relations Office - Birzeit University


Deux procès débutent cette semaine en Cisjordanie. Ceux de deux étudiants en journalisme, Ayman Mahariq et Bara al-Qadi, accusés d'atteinte à l'autorité publique après avoir publié sur Facebook des propos critiques contre le gouvernement palestinien. Depuis les élections de fin avril qui ont donné la victoire au Hamas, à l'université de Bir Zeit, à côté de Ramallah, les arrestations se multiplient.

Avec notre correspondant à Ramallah, Nicolas Ropert

Pour un texte publié sur Facebook, Bara al-Qadi a passé quatorze jours en prison. Un article écrit pour la fac dans lequel il dénonçait les agissements de la police préventive palestinienne. Ces deux dernières années, l'étudiant en journalisme a été interrogé une dizaine de fois. « Je demande le droit d'avoir des droits politiques, ici, en Cisjordanie, assure Bara al-Qadi. Je veux avoir le droit de critiquer la manière dont l'Autorité palestinienne gère le pays. J'aimerais qu'ils changent beaucoup de choses. Et je veux avoir le droit de le dire. »

Depuis les élections des représentants des étudiants, fin avril, à l'université de Bir Zeit où étudie Bara al-Qadi, au moins 25 étudiants ont été interrogés. Sarah Qadoura termine ses études d'économie dans cette même faculté. « Quiconque ose exprimer un avis ou une opinion contraire au gouvernement est arrêté, affirme-t-elle. Le cas de Bara n'est pas isolé, cela arrive à beaucoup d'autres étudiants. En particulier à ceux qui sont membres de la branche étudiante du Hamas. Mais cette situation se reproduit plus généralement en Palestine. »

L'ONG Human Rights Watch (HRW) dénonce des arrestations sans motif valable et s'inquiète dans un récent rapport de détentions politiques. Des accusations rejetées par les responsables palestiniens.
 

Commentez sur Facebook