Lien vers ce message 08 Juin 2015, 7:07
Publié le 06-06-2015 Par RFI

http://scd.rfi.fr/sites/filesrfi/dynimagecache/0/87/3500/1978/1024/578/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/2015-02-05T173517Z_1618114376_GM1EB251UHI01_RTRMADP_3_PALESTINIANS-EGYPT-HAMAS_0.JPG
Un enfant palestinien aux couleurs du Hamas manifeste à Rafah, à la frontière entre la bande de Gaza et l'Egypte, le 5 février 2015.
REUTERS/Ibraheem Abu Mustafa


En Egypte, la cour d'appel a annulé samedi 6 juin un jugement datant du 28 février incluant le Hamas palestinien dans la liste des organisations terroristes. La cour d'appel a estimé que l'affaire ne relevait pas du tribunal des référés et que son jugement était nul ainsi que toutes les conséquences en découlant.

Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

C'est le gouvernement égyptien qui a interjeté appel contre le jugement du tribunal des référés. Cette décision reflète la détente qui a marqué depuis deux mois les relations entre le régime égyptien et le Hamas.

Depuis la destitution de l'ex-président Mohamed Morsi en juillet 2013, les relations étaient tendues entre Le Caire et Gaza. Le Hamas, issu des Frères musulmans, était accusé par les médias égyptiens d'abriter de hauts responsables de la confrérie et de servir de base arrière aux jihadistes du Nord-Sinaï. Le Hamas accusait le régime égyptien d'être illégitime et dictatorial.

Depuis, la guerre médiatique a connu une accalmie et Le Caire entrouvre sporadiquement le terminal de Rafah. Le Hamas, de son côté, contrôle mieux les départs de tunnels. Au cours des deux dernières semaines, quatre hauts responsables Frères musulmans, que l'on disait réfugiés à Gaza, ont été arrêtés au Caire. Le Sinaï a aussi connu une baisse d'intensité des opérations jihadistes.
 

Commentez sur Facebook