Lien vers ce message 08 Juin 2015, 6:17
Par Sciences et Avenir avec AFP Publié le 06-06-2015 à 17h00

En analysant une seule goutte de sang, une nouvelle technologie bon marché permet de déterminer toutes les infections virales passées et présentes d'une personne.

http://referentiel.nouvelobs.com/file/14065347.jpg
Une seule goutte de sang pourrait suffire à retracer l'historique des infections subies par un individu. ©ALDEN CHADWICK/FLICKR/CREATIVE COMMONS

SANG. VirScan, c'est le nom de la technique mise au point par l'Institut médical américain Howard Hughes (HHMI) qui offre une option alternative efficace aux tests actuels de dépistage capables de détecter des virus spécifiques seulement un par un. Elle a fait l'objet d'une présentation jeudi 4 juin 2015 dans la revue américaine Science. Cette approche pourrait révéler des facteurs inattendus affectant la santé d'une personne et représente un potentiel d'analyse et de comparaison des infections virales dans de grands groupes de populations. Sans compter que le test en question ne coûterait pas plus de 25 dollars par échantillon de sang.

206 espèces de virus connues chez l'homme

"Nous avons mis au point une méthodologie de dépistage qui remonte dans le temps en scrutant le sang des personnes pour détecter quels types de virus les ont infectés", explique Stephen Elledge, un chercheur du HHMI qui a dirigé le développement du VirScan. Ces chercheurs ont déjà utilisé le VirScan pour analyser le sang de 569 personnes aux États-Unis, en Afrique du Sud, en Thaïlande et au Pérou. Concrètement, ce test recherche dans le sang des anticorps contre les 206 espèces de virus connus pour avoir infecté les humains. Le système immunitaire accroît la production de nouveaux anticorps pour se défendre contre des virus rencontrés pour la première fois et continue à le faire pendant des années voire des décennies après la fin de l'infection de l'organisme par ces agents viraux.

Pour développer ce nouveau test, ses créateurs ont synthétisé plus de 93.000 morceaux d'ADN codant différents segments des protéines virales. Ils ont inséré ces fragments d'ADN dans des virus bactériophages, qui n'infectent que des bactéries. En tant que groupe, ces derniers contiennent tous les fragments de protéines trouvés dans plus de mille souches connues de virus humains. Dans le sang, les anticorps trouvent leurs cibles en reconnaissant les caractéristiques uniques connues appelées épitopes qui se trouvent dans des protéines sur la surface du virus.

Aucun faux positif

Pour vérifier leur méthode, les chercheurs l'ont testée pour analyser des échantillons de sang de malades dont l'infection par le VIH, le virus responsable du sida, ou par celui de l'hépatite C, était connue. "Cela a vraiment bien marché... avec une sensibilité à chaque signature virale dans le sang de 95 à 100% et sans aucun faux-positif", explique Stephen Elledge. "Cela a conforté notre confiance que nous pouvons détecter d'autres virus...", ajoute-t-il.

Ces chercheurs ont ainsi analysé avec le VirScan les anticorps de 569 personnes dans cette étude qui a examiné environ 100 millions d'anticorps potentiels. Ils ont découvert qu'en moyenne, chaque individu a des anticorps révélant la présence passée ou présente de dix souches virales différentes. Selon ces scientifiques, cette approche pourrait aussi être utilisée pour trouver des anticorps qui s'attaquent aux propres tissus de l'organisme dans le cas de certaines maladies auto-immunes liées au cancer.
 

Commentez sur Facebook