Lien vers ce message 28 Mai 2015, 13:42
Le Point - Publié le 28/05/2015 à 11:32 Par ANNE JEANBLANC

Lundi sera commercialisé un nouveau médicament contre les troubles de l'érection qui permet de remplacer l'aiguille de l'injection par une application locale.

http://www.lepoint.fr/images/2015/05/28/1326816lpw-1326817-article-various-jpg_2868995_652x284.jpg
Vitaros, une crème efficace sur les problèmes érectiles en seulement 15 minutes ! © OJO Images / Rex Featur/REX/SIPA


Un petit peu de douceur dans un monde rendu parfois brutal par l'impuissance... C'est ce que va apporter un nouveau médicament destiné à combattre les troubles de l'érection. En effet, les hommes concernés peuvent depuis longtemps se traiter en pratiquant des injections dites intracaverneuses (donc dans les corps caverneux du pénis) pour déclencher une érection. Puis la pilule bleue (le Viagra) et ses cousines ont fait leur apparition. À partir de lundi, les hommes pourront avoir recours à un traitement dit « topique », sous forme de crème à appliquer sur l'extrémité du pénis (au niveau du méat). Son nom : Vitaros. Il sera commercialisé en pharmacie dès le 1er juin en France, après l'avoir été au Royaume-Uni, en Italie, en Allemagne, en Belgique et en Suède.

« C'est la première véritable innovation depuis une quinzaine d'années », lance, enthousiaste, Guillaume El Glaoui, dirigeant de Majorelle. Sa société a obtenu, en octobre 2013, la licence de Vitaros auprès d'Apricus Biosciences, société de biotechnologie américaine, pour la France, Monaco et les pays d'Afrique francophone. Si l'innovation est réelle, elle est sur la forme, et non le fond. En pratique, cette nouvelle crème thérapeutique est composée d'alprostadil – la molécule utilisée pour les injections intracaverneuses – et d'un accélérateur de diffusion transdermique (appelé NexAct), un « transporteur membranaire » permettant la pénétration locale du produit.

Rares effets indésirables

Les avantages sont nombreux, continue Guillaume El Glaoui, qui s'appuie sur les résultats d'études menées auprès de plus de 3 300 hommes de tous âges : « Il s'agit d'un traitement local pour problème local. Il évite donc les effets généraux des médicaments pris par voie orale, comme le sang qui monte à la tête, les crampes musculaires, les maux de tête, le nez bouché, les problèmes de vision, etc. Il évite aussi les problèmes en cas de repas trop copieux ou trop arrosé. Enfin, il remplace les piqûres, redoutées par certains. » Le temps pour que le produit fasse effet est d'environ quinze minutes, donc c'est plus rapide que les médicaments et plus long que les injections.

Les effets indésirables cités par ce dirigeant sont rares : dans 25 % des cas, une sensation de tiraillement, d'échauffement, qui disparaît spontanément au bout de deux heures. Les mêmes manifestations sont ressenties par 4 % des femmes ! Mais cela n'empêche pas les rapports et ne provoque pas d'abandon du traitement, en tout cas avec le faible recul actuel.

Pas plus de trois applications par semaine

Selon les termes de l'autorisation de mise sur le marché (AMM), le Vitaros est indiqué dans le traitement de la dysfonction érectile pour les hommes à partir de 18 ans. Il sera vendu par boîte de quatre applicateurs unidoses à conserver au froid (ah, la discrétion...), au prix de 40 euros. Il devrait être remboursé dès le mois de juillet pour les malades qui bénéficient actuellement du remboursement pour les injections intracaverneuses (cancer de la prostate, de la vessie, cancer colorectal, neuropathies du diabétique, sclérose en plaques, paraplégiques, tétraplégiques, etc.).

Dernier point : il est conseillé aux hommes de se limiter à une application par jour et pas plus de trois par semaine. Enfin, gare à ceux qui voudraient utiliser simultanément deux, voire trois doses dans l'espoir d'améliorer leur performance sexuelle : ils courent le risque d'une érection prolongée, de priapisme aux conséquences parfois irréversibles sur les corps caverneux...
 

Commentez sur Facebook