Lien vers ce message 07 Juillet 2014, 20:01
Yaoundé le 7 juillet 2014 © koaci.com – Paul Biya, vient de signer le décret qui augmente les salaires des fonctionnaires et des agents publics. Les salaires des fonctionnaires et agents publics du Cameroun sont revalorisés de 5%. A appris le journaliste de koaci.com cette mi-journée.

La revalorisation des fonctionnaires et agents publics, fait suite au réajustement des prix des carburants à la pompe, le 1er juillet 2014.

http://i2.cdn.turner.com/cnn/dam/assets/130814210706-cameroon-president-paul-biya-story-top.jpgSelon le texte lu ce matin, « La rémunération mensuelle de base des personnels civils et militaires est à compter de la date de signature du présent décret, revalorisé de 5% ». Le décret signé ce jour, par le chef de l’Etat camerounais, abroge toutes les dispositions antérieures contraires poursuit le texte.

A côté de cette hausse, d’autres mesures d’accompagnement sont annoncées. Paul Biya, signe également une ordonnance portant réduction de la taxe spéciale sur les produits pétroliers, et de certaines taxes dues par les transporteurs des personnes et des marchandises.

Les taux de la taxe spéciale, sur les produits pétroliers sont réduits à : essence super 80 Fcfa/litre. Gasoil 60 Fcfa /litre.

Le produit de la taxe spéciale sur les produits pétroliers est affecté au profit de la redevance de la route comme suit : 75 Fcfa à prélever sur le super 60 Fcfa, sur le litre de gasoil.
Le tarif de la taxe à l’essuie est applicable de manière graduée. La décision du numéro 1 camerounais, arrive au moment où le gouvernement de Yang Philémon II, est en négociation avec les syndicats.

Cette revalorisation était attendue. Elle annonçait les efforts de l’Etat qui devait permettre aux ménages de faire face à hausse des prix des carburants. Certains pensent qu’elle sera inefficace. Au regard de la flambée des prix des produits de première nécessité, dans le pays. Pour y faire face, le gouvernement camerounais négocie avec les syndicats.

La presse locale a souligné ce matin, une tentative de corruption des syndicats. L’on avance le montant de 500 millions de Fcfa, demandés par certains leaders des centrales syndicales. Ceux-ci réclament cette somme, afin de convaincre les transporteurs de ne pas entamer un mouvement de grève.

Armand Ougock
 

Commentez sur Facebook