Lien vers ce message 24 Mai 2015, 17:03
Par Nina Roos Publié le 22-05-2015 à 16h27 leplus.nouvelobs.com

Imprimer de la peau humaine grâce à la 3D? L'idée de L'Oréal pour créer l'homme "augmenté"

LE PLUS. Imprimer de la peau humaine en 3D, c'est l'objectif clairement affiché de la marque de cosmétiques L'Oréal. En plus de représenter une avancée technologique non négligeable, cette performance pourrait notamment permettre de mettre fin aux tests sur les animaux. Qu'en pensent les professionnels ? Nina Roos, dermatologue, nous livre son analyse.

http://referentiel.nouvelobs.com/wsfile/5221432302363.jpg
Les imprimantes 3D, bientôt capables de révolutionner la médecine (Durand Florence/SIPA)


La synthèse de peau humaine in vitro est un processus déjà maîtrisé et utilisé à la fois dans l'industrie et en médecine, mais c'est assez long et fastidieux.

Pour utiliser une analogie, on pourrait dire que l'encre de l'imprimante est constituée par des cellules humaines, et le support sur lequel on les couche, par une trame de collagène.

Tester l'efficacité des cosmétiques

Le projet de L'Oréal est d'utiliser les procédés d'impression 3D pour accélérer le processus de culture de peau in vitro. Ces échantillons de peaux humaines reconstitués permettent de tester l'efficacité et la sécurité des cosmétiques.

Ils sont destinés à un usage interne au sein du groupe L'Oréal, et également à être vendus à d'autres groupes cosmétiques.

Pour ce projet, L'Oréal s'est associé avec une startup de bio-impression : Organovo. Mais cette société n'est pas la seule dans le domaine de l'impression 3D d'organes.

Une piste intéressante pour les grands brûlés

Ces techniques se développent depuis quelques années et visent à synthétiser divers organes dans un but à la fois thérapeutique et de recherche.

Ces progrès sont un pas de plus vers l'homme "augmenté", c'est-à-dire dans lequel la technologie pallie les défaillances du corps. Je comprends que cela intrigue et inquiète.

Mais en tant que médecin, je vois surtout dans ces progrès une possibilité formidable de traiter les patients. Je pense aux grands brûlés en premier lieu, qui ont un besoin vital que l'on puisse rapidement synthétiser leur propre peau à partir du peu qu'il leur reste.

Les patients en attente d'une greffe d'organe pourraient également bénéficier de ces avancées.

Les tests d'efficacité et de tolérance des médicaments pourraient aussi être faits autrement que sur des volontaires.

Les animaux enfin laissés en paix ?

Les animaux utilisés en cosmétique devraient pouvoir enfin être laissés en paix avec ces peaux reconstituées. Les tests pourront être faits plus simplement, de façon reproductible et simplifiée.

Le fait de tester les produits sur peau humaine rapprochera encore la recherche du but final : obtenir un effet particulier sur un type de peau particulier (selon l'âge, le sexe...).

En revanche, il parait trop tôt pour se passer des tests animaux lors du développement de nouveaux médicaments, pour lesquels on doit évaluer divers paramètres sanguins et cliniques.

Imprimer ses organes et les changer

Si l'on se projette à long terme, on pourrait même envisager de faire réaliser des cosmétiques ultra personnalisés, testés sur sa propre peau imprimée à partir d'un échantillon.

Ou de conserver des échantillons ADN dans une banque privée, afin de faire imprimer ses organes au fur et à mesure qu'ils nécessitent d'être remplacés.

Là c'est de la science-fiction pure, mais un jour, qui sait ?
 

Commentez sur Facebook