Lien vers ce message 21 Mai 2015, 4:03
Par Joël Ignasse Publié le 20-05-2015 à 08h00 sciencesetavenir.fr

Petits et économiques, ils pourraient être utilisés pour s'infiltrer derrière les lignes ennemies à des fins d'espionnage.

http://referentiel.nouvelobs.com/file/14002834.jpg
Ce drone sans moteur est inspiré des cigales. Laurent Barthelemy / AFP


CICADIDAE. La familles des cigales, ou cicadidae, comprend des dizaines d'espèces qui se caractérisent par une période de vie larvaire souterraine allongée (jusqu'à dix-sept ans) et une éphémère période de vie aérienne et adulte. Une fois qu’ils se sont reproduits, ces insectes meurent par milliers en tombant littéralement du ciel ou de l’arbre où ils étaient tapis. Le drone Cicada, développé par le Laboratoire de la marine américaine (NRL), est inspiré de ces insectes.

Trop nombreux pour être attrapés

L’idée est de construire des dizaines de drones sans moteurs qui seraient largués en altitude vers le sol. Armés de capteurs, ils relèveraient différents paramètres au cours de leur chute et une fois au sol. Leur grand nombre éviterait qu’ils soient tous neutralisés par les mesures de défense antiaérienne, dans une situation de combat... Cela fait plusieurs années que le NRL travaille sur ce concept de drones sans moteurs. En 2011, ses chercheurs avaient déjà testé le largage de drones et de planeurs depuis un ballon. Cette semaine une nouvelle version du drone Cicada a été présentée au Pentagone durant quelques heures. De petite taille, ce modèle tient dans la paume de la main et est équipé d’un gyroscope et d’une puce GPS lui permettant de réaliser une descente contrôlée. Il est également muni d’une puce de téléphone mobile pour pouvoir communiquer les informations relevées par les capteurs.

VIBRATION. Pour l’usage militaire, les chercheurs prévoient d’intégrer différents capteurs comme par exemple des senseurs acoustiques qui permettraient de signaler les vibrations liées au passage de véhicules une fois l’engin posé au sol, à proximité d’une route. Leur déploiement en masse pourrait être aussi utilisé dans la lutte anti-sous-marine, ou pour acheminer des doses de vaccins pour des soldats isolés et en danger, comme l'a expliqué à l'AFP Aaron Kahn, du NRL. Mais le Cicada peut aussi être équipé pour un usage civil : muni de capteurs météo, il pourrait sonder les masses d’airs traversées durant sa chute contrôlée. Un autre de ses avantages réside dans son faible coût de fabrication (autour de 1000 $ pour le moment) susceptible de diminuer en cas de production à grande échelle. Pour l’heure les modèles présentés ne sont que des prototypes et aucune date de sortie d’un modèle définit n’a été annoncée.
 

Commentez sur Facebook