Lien vers ce message 18 Mai 2015, 19:49
Publié le 18-05-2015 Par RFI

http://scd.rfi.fr/sites/filesrfi/dynimagecache/0/0/3039/1717/1024/578/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/2015-04-23T005513Z_1301281702_GF10000069343_RTRMADP_3_SAFRICA-VIOLENCE_0.JPG
Un soldat sud-africain monte la garde pendant une opération de police dans le township d'Alexandra, le 23 avril 2015.
REUTERS/Mike Hutchings


En Afrique du Sud, les raids de la police ces trois dernières semaines ont conduit à l'arrestation de plus de 1 600 immigrés illégaux, selon le gouvernement. Les autorités assurent que l'opération Fiela a pour but de combattre le crime et ne vise pas spécifiquement les étrangers. Plus de 400 Mozambicains en situation irrégulière ont déjà été expulsés hors d'Afrique du Sud vendredi dernier. Un deuxième groupe de 427 personnes doit être renvoyé vers le Mozambique dans les prochains jours.

Les étrangers en situation irrégulière sont pour la plupart détenus dans le camp de Lindela, proche de Johannesburg. Leurs conditions de détention et leurs difficultés à accéder à un conseil juridique sont vivement critiquées par les organisations de défense des droits de l'homme. Celles-ci accusent le gouvernement sud-africain d'attiser la xénophobie avec une opération jugée « populiste et opportuniste » qui fait l'amalgame entre criminalité et étrangers.

Les responsables politiques évoquent une question de sécurité nationale et assurent que l'opération Fiela ne vise pas seulement les étrangers. Quatre mille arrestations ont été effectuées ces trois dernières semaines et si 1 650 immigrés clandestins ont été arrêtés, plus de 2 000 citoyens sud-africains ont également été appréhendés pour des crimes et délits. L'opération Fiela va donc se poursuivre « pour récupérer les bâtiments publics squattés et débarrasser le pays de la drogue » tout en luttant contre l'immigration illégale.
 

Commentez sur Facebook