Lien vers ce message 18 Mai 2015, 19:44
Publié le 18-05-2015 Par RFI

http://scd.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_16x9_1024_578/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/2015-05-17T115225Z_508451585_GF10000097873_RTRMADP_3_EUROPE-MIGRANTS-LIBYA_0.JPG
Quelque 400 migrants clandestins ont été arrêtés par les autorités libyennes avant leur embarquement pour l'Europe, le 17 mai 2015.
REUTERS/Hani Amara


Les autorités libyennes de Tripoli ont annoncé avoir arrêté dimanche 400 migrants clandestins avant leur embarquement pour l'Europe. Une opération qui n'est pas la première et qui intervient à la veille d'une réunion des ministres des Affaires étrangères et de la Défense des pays de l'UE ce lundi consacrée au lancement d'une opération navale en Méditerranée contre les passeurs de clandestins.

Depuis quelques semaines, les autorités libyennes de Tripoli, non reconnues par la communauté internationale, multiplient arrestations de clandestins et de passeurs. Des initiatives de nature à plaire à l'UE qui cherche plus que jamais à endiguer le flot de migrants qui vient s'échouer sur les côtes de l'Europe.

Tripoli a récemment réclamé l'aide directe de Bruxelles, lui demandant de lui fournir des bateaux pour arraisonner les embarcations illégales et une assistance pour les migrants refoulés dans une quinzaine de centres de rétention sur le territoire libyen.

Destruction des bateaux des passeurs

Pour la chercheuse Delphine Perrin, « les autorités libyennes ont tout intérêt à montrer leur bonne volonté » pour éviter l'opération navale dans les eaux libyennes voulue par Bruxelles. L'Europe souhaite en effet démanteler les réseaux de trafic des migrants en détruisant les bateaux des passeurs.

L'Europe prépare une mission militaire navale comparable à celle au large de la Somalie pour lutter contre la piraterie. Mais une telle intervention dans les eaux territoriales libyennes requiert le feu vert de l'ONU et le véto russe n'est pas à exclure. Un sommet des chefs d'Etats européens sur le sujet est attendu pour le mois de juin.

En Italie, le procureur de Catane en Sicile, très engagé contre ce trafic d'êtres humains, se dit très sceptique vis-à-vis de ce projet de destruction des embarcations dans les ports libyens qui risquent de dresser la population libyenne contre les Européens.
 

Commentez sur Facebook