Lien vers ce message 16 Octobre 2017, 0:42
ANGOLA - Témoignage d'une ex sorcière Fernanda Rodrigues

Un jour nous sommes allés chez une chrétienne. Une personne qui priait beaucoup. Elle perturbait beaucoup notre monde, elle cassait la quiétude de nos activités lorsque je me levais à l’aube pour m’envoler. Cette personne priait pile à l’heure où nous devions sortir. Elle perturbait peut-être sans le savoir, des centaines et des milliers de sorciers qui s’apprêtaient à sortir spirituellement.

Un jour sommes allés chez elle pour l’attaquer. A 22h elle était déjà en train de prier. Nous n’avions rien pu faire chez elle. Puis nous nous sommes rendus au cimetière pour l’attaquer à distance, nous n’avons rien pu faire là-bas non plus. Le Diable est réellement impuissant face à des personnes comme elle. Même lorsque la personne décède, il ne peut toucher son cercueil car Dieu protège ce cadavre jusqu’à son temps. Il ne peut y avoir d’activité spirituelle sur ce corps comme c’est le cas des autres cadavres où dès que la personne est enterrée, il y’a une activité très dense sur un seul corps.

Je suçais énormément de sang, des vivants comme des morts. J’aimais cela, car ça augmentait mon pouvoir. Quelques fois j’emmenais des enfants chez moi pour jouer, mais en réalité c’était une ruse pour sucer leur sang leur énergie vitale.

Pour moi je ne faisais rien de mal, je me nourrissais. Pourtant aux yeux de Dieu tout ceci était mauvais. Beaucoup de personnes mourraient à cause de moi. Lorsque j’avais une aventure amoureuse, le jeune homme finissait par mourir.

J’aidais aussi les esprits dans les fêtes et les boites de nuits. Plusieurs de ses esprits s’incarnaient, et portaient des vêtements très longs, car elles n’ont pas de jambes. Ce sont des esprits d’un autre monde. Il y’en a beaucoup dans le monde de la nuit. Des esprits et des agents comme moi. Il m’est arrivé d’exciter les gens, de provoquer des bagarres et de leur faire sortir le couteau pour qu’ils se tuent. Ça existe, c’est réel !
Toutes les relations amoureuses que j’entretenais terminaient toujours de cette façon pour le garçon : soit il rejoignait le monde des ténèbres comme moi; soit il mourrait. Des hommes, j’en ai eu, vraiment beaucoup.

Il y’a une chose qu’on appelle Maiombola, c’est une chose réelle et vraie.

[Maiombola c’est la capacité de tuer quelqu’un sans le tuer réellement. Il n’y a pas de vocabulaire pour désigner cela, peut-être une lointaine comparaison. Lorsque vous entendez des patients raconter comment ils volaient au-dessus de leurs lits ou dans l’hôpital lors de leur opération médicale ou lorsqu’ils étaient dans le coma, cela se rapproche de cela. Il est possible par les moyens de sorcellerie, de dédoubler quelqu’un et de le rendre prisonnier et esclave (travail) dans le monde de ténèbres sans son corps physique. Dans de très rare cas, il est possible que la personne revienne, mais généralement cette personne mourra esclave dans un monde invisible. On n’a pas besoin de corps physique pour mourir. C’est ça la Maoimbola.]

Ces personnes sont attachées avec des très grandes chaînes. J’ai vu beaucoup de personnes là-bas, victime de Maiombola.

Pour tuer, il m’arrivait de fonctionner avec les voyages. Même si la personne ne souhaitait pas voyager, j’arrivais à l’influencer spirituellement, puis lorsque la personne prenait un transport, elle mourrait dans un accident. La voiture dans laquelle elle se trouvait, frappait violemment une autre voiture. Puis avec des incantations, nous prenions le sang et l’âme de la personne.

Lorsque des clients venaient nous consulter, acculés par leurs problèmes et nous disant des phrases telles que : J’ai tellement de soucis que j’ai envie de mourir !

Alors plus tard, j’entrais dans le corps de cette personne, et j’avalais des médicaments, quelques fois je l’étranglais avec une corde et je liais très fort et lorsque la personne était sur le point de mourir, je sortais de son corps. Il m’est arrivé de constater que la personne ne voulait pas mourir et regrettait ses paroles, mais il était trop tard. Dès qu’on entendait des personnes dires ce genre de chose, c’était fini, cette âme était à nous et nous l’offrions en sacrifice.

On nous promettait à nous agents pour le compte de cet autre monde, qu’après la mort tout serait merveilleux pour nous. De plus, nous voyions ce monde caché, nous étions sûrs d’y aller éternellement après la mort.

Dans notre logique, obéir aux esprits et ne pas avoir de remords était normal. A nos yeux, tout était bon, nous n’étions pas mauvais. Nous étions des ouvriers, de bons serviteurs des esprits, de la reine et du Diable. J’ai progressé et je suis montée en grade. Dorénavant j’avais tout ce que je désirais. Si je voulais un téléphone que personne ne possédait dans le quartier, il me suffisait de le demander et le téléphone apparaissait.

Du jour au lendemain j’avais tout ce que je souhaitais. Lorsqu’ils m’ont proposé de devenir très riche, je n’en éprouvais pas le besoin, tout ce que je voulais, c’était tuer. J’aimais tuer et rien d’autre.

J’ai collaboré avec un esprit appelé Tranca Rua, un esprit Exugadeira, un esprit qui est à a fois Homme et Femme.

Ce dernier esprit me permettait de faire de choses terribles. Lorsqu’un couple était sur le point de coucher ensemble, je me mettais entre eux. Soit je possédais la femme soit l’homme et c’est avec moi que l’un ou l’autre entretenait des rapports sexuels. Les fluides allaient dans le monde des ténèbres. [Maintenir des rapports sexuels hors mariage vous expose à toutes ces choses].

Je pouvais aussi me transformer en mari ou femme de nuit, afin d’exciter des personnes pendant leur sommeil et entretenir des relations sexuelles avec des hommes et des femmes qui croient souvent rêver. Ceci les liait dans le monde des ténèbres.

Il m’arrivait de me trouver dans une maison, où je voyais une mère crier sur son enfant :

- Tu ne vaux rien, on ne dirait pas que tu sors de mon ventre !

Nous avions alors le droit de nous servir de ces malédictions et nous rapportions ces phrases à notre maître. A partir de ce jour, cet enfant est sous la malédiction de son parent et nous appartient. Soit cet enfant finira par devenir un des nôtres, soit il sera l’instrument d’acharnement de notre part, durant sa vie.

Je voulais encore monter en grande, je souhaitais être une reine. Je souhaitais être plus que les zumbies. Les zumbies sont des petits esprits. Je souhaitais que ces petits esprits vivent en moi pour être puissante.

Plus j’avais des esprits en moi, plus je me servais de leur pouvoir. Lorsque j’ai eu ces esprits, les choses n’ont pas fonctionné comme je le pensais, car je me suis convertie.

Une des filles avec laquelle nous avions eues des rapports sexuels dans le cimetière, s’était convertie au christianisme. Elle s’appelle Jandira. Lorsqu’elle s’est convertie, il ne se passait plus rien pour elle. Elle parlait de l’Esprit de Dieu, mais moi je me disais que cela n’existe pas. Elle m’a dit que Jésus existe et qu’on pouvait vivre librement, mais cela ne m’intéressais pas.

Quant au Diable, même à mon niveau je ne l’avais jamais vu de près. Lors de réunions très importantes, on pouvait l’apercevoir mais à une très longue distance. Il se sert surtout de ses ministres. Le jour où j’ai fait un pacte avec lui, ses hommes ont pris des choses et les empreintes de mes deux mains, et j’ignore ce qu’ils en ont fait.

Dans l’autre monde, j’ai été mariée à mon oncle. J’ai aussi vu mon père là-bas. J’ai eu un enfant avec mon oncle et j’ai couché avec mon propre père dans le monde des ténèbres. Cela était nécessaire par rapport à certains rituels. (…)

Concernant les cicatrices que je vous montre, cela m’est arrivé un jour où nous allions provoquer une chrétienne chez elle. Mais elle était en plein jeûne avec son église. J’ignore l’église qu’elle fréquentait, mais je peux vous dire qu’en arrivant chez elle en son absence, nous avons été brûlés et nous avons à peine eu le temps de fuir.

ANGOLA - Témoignage d'une ex sorcière Fernanda Rodrigues

Un jour ma mère m’a demandé de l’accompagner à l’église, je ne sais pas pourquoi ce jour-là j’ai accepté. Une fois à l’église, ils ont prêché la repentance. On m’a poussé à me faire baptiser, je l’ai fait en novembre 2015. Il ne s’était rien passé. J’ai pris la sainte cène une fois et toujours rien. Pour moi c’était des rituels c’est tout.

La seconde fois où j’ai pris la sainte cène, une certaine confusion commençait à naître en moi. Quelque chose de très fort, me poussait à parler, à me confesser. Je résistais. Une bataille intense est née en moi.

- Confesse-toi

- Non, je ne dirai rien !

- Tu ne peux communier sans confession

- A quoi me sert-il de raconter ma vie ?!


Mais je ne pouvais résister à cela c’était une puissance trop forte :

- Confesse-toi

- Non, tout le monde saura que je suis sorcière, ce que je fais et cela va se répandre dans le quartier, dans la ville, …

- TU VAS PARLER !


Cette voix était vivante, elle s’est mise violemment à me pousser physiquement.

- TU VAS PARLER !

Alors je me suis approchée des gens dans l’église…je ne savais même pas par où commencer. Pourtant j’ai commencé, j’ai commencé par expliquer que j’avais plusieurs petits amis en même temps, quatre ou cinq. Puis j’ai déballé toute ma vie, tout ce que j’ai fait. J’ai tout dit à la femme pasteur qui se trouvait dans cette église, et cette femme a prié et prié une journée avec moi. Depuis ce jour tout a changé. Cela fait deux mois seulement que je me suis convertie au moment de ce témoignage. Au début les esprits me dérangeaient beaucoup, pour l’instant les prières du pasteur fonctionnent. Je crois que le Seigneur Jésus que j’ai accepté dans l’église Bom Deus, peut me protéger de ces choses aujourd’hui. Quelques fois des choses disparaissent de chez moi. J’ai été directement menacée par les esprits avec lesquelles j’ai collaboré.

J’ai accepté avec joie de prendre la troisième sainte cène, car je savais que j’avais encore un énorme fardeau sur le dos. J’avais donné 6 ans de ma vie à la magie et à la sorcellerie. Je ne peux évaluer le nombre de personnes tuées et détruites à cause de moi. Personne ne nous avait obligées, nous y sommes allées par notre propre volonté.

De nous cinq, trois se sont converties, 2 autres y sont encore. Tout comme moi, les autres ont confessé publiquement dans leur église tout ce que nous avons fait.

Plusieurs églises étaient impliquées dans le monde des ténèbres. Je ne souhaite pas salir des dénominations et des religions, je ne parle que des églises dont j’ai moi-même constaté les activités et dans lesquelles j’ai mis les pieds ici en Angola.

ANGOLA - Témoignage d'une ex sorcière Fernanda Rodrigues

Ils mentent ou écourtent la Parole. J’ai vu des responsables, prêcher et orienter les choses en fonction de leurs propres péchés et des leurs propres convoitises. J’ai vu cela dans l’église Catholique, l’église du Septième jour, l’église Messianique et l’église des Témoins de Jéhovah. J’ai vu que ces lieux appartenaient aux ténèbres. Ils ne prêchent pas la vérité, en occultant énormément de vérités de la Parole.

ANGOLA - Témoignage d'une ex sorcière Fernanda Rodrigues

J’ai aussi vu d’autres églises appartenant à mon ancien royaume. Ces églises de saintes qui se rasent les cheveux. Des églises de prophètes et de prophétesses. J’ai même vu l’Evêque Macedo de l’église Universel, il appartient à l’autre royaume. C’est par rapport à ces églises que je ne croyais pas que Christ était réel et que l’Esprit de Dieu était réel, puisque je ne les voyais nulle part dans ces lieux sensés leur appartenir. Mais à la place les esprits me disaient : c’est notre royaume !

En effet j’ai vu des diacres de l’église Universel, impliqués dans la sorcellerie, y compris un pasteur de l’église messianique.



Tout ce que ces pasteurs « devinent » vient en réalité de la sorcellerie et non pas de l’Esprit de Dieu. Ils sont en collaboration avec les esprits. Les esprits se tiennent derrière eux et disent tout ce qu’ils doivent savoir de telle ou telle personne. Les esprits sont leurs informateurs.

Je sais qu’il vous sera difficile d’accepter je ne vous le demande pas, simplement soyez vrais avec Dieu. Dans la sorcellerie nous utilisions la Bible. Alors quelqu’un qui tient une Bible entre les mains, cela ne veut rien dire. (…)

ANGOLA - Témoignage d'une ex sorcière Fernanda Rodrigues
Fernanda termine son témoignage en brulant tous les objets de son ancien royaume.

7 Juin 2016
 

Commentez sur Facebook