Cliquez ici!

Gauche
Droite
×


Google: Yahoo: MSN:

Commencez votre essai gratuit de 30 jours.

Accueil

Bienvenue

Vous n'êtes actuellement pas connecté(e). Vous pouvez, soit vous enregistrer totalement gratuitement et rapidement, soit vous connecter avec votre login et votre mot de passe.


Statistiques

Statistiques Il y a 42 membres enregistrés qui ont posté un total de 2 504 messages et 2 464 sujets
Le dernier membre enregistré est : NZENZA
Le record de visiteurs simultanés sur le website a été de 103 visiteurs: 15 Juin 2015, 13:42

Qui est en ligne

Statistiques

Il y a 10 visiteur(s) sur le website: 0 membre(s) (dont 0 invisible(s)) et 10 invité(s)
Légende : Administrateur, Modérateur global, Modérateur, Membre

Il y a 0 membre qui a visité ce website aujourd'hui, dont 0 invisible(s)

Aucun membre ne fête son anniversaire aujourd'hui

Aucun événement n'est prévu sur le calendrier pour les 10 prochains jours

Apple veut acheter du cobalt directement auprès des mineurs

Par root, 21 Février 2018, 20:34 (0 commentaire)
TECHNOLOGIE Les négociations entre le géant du numérique et des groupes miniers dureraient depuis un an et concerneraient plusieurs tonnes de métal chaque année sur une durée minimale de cinq ans...

Apple veut acheter du cobalt directement auprès des mineurs
Illustration de la marque Apple — DON EMMERT AFP

Apple serait pour la première fois entré en négociations avec des exploitants miniers afin de s’assurer de ne pas manquer de cobalt dans les années à venir.

Le métal nécessaire à la fabrication des batteries lithium-ion qui équipent les smartphones pourrait en effet connaître une pénurie à l’échelle mondiale. La faute au boom des véhicules électriques, dont les moteurs sont eux aussi alimentés par des batteries contenant du cobalt.



Huit grammes nécessaires par téléphone

Les discussions entre la marque à la pomme et les groupes miniers auraient débuté il y a un an, rapporte Bloomberg ce mercredi, qui cite des sources expertes de ce secteur. Face aux besoins d’Apple, ce sont des milliers de tonnes de cobalt par an sur lesquels la firme de Cupertino (Etats-Unis) veut être sûre de pouvoir compter. Et ce sur une durée minimale de cinq ans.

Huit grammes du précieux métal sont en effet utilisés pour la fabrication de chaque batterie de téléphone mobile là où une batterie de voiture électrique en demande 1.000 fois plus, précise 01net.



Forte hausse des prix

La peur de manquer d’une matière première vitale à l’activité d’Apple serait donc la raison principale des négociations menées par la société, parfois en concurrence avec des géants de l’automobile. Mais pas la seule. La situation actuelle et les perspectives proches ont provoqué une forte hausse du coût du cobalt, dont le prix a été multiplié par trois en 18 mois pour atteindre aujourd’hui 80.000 dollars (environ 65.000 euros) la tonne de métal.

Sans oublier l’éventualité d’une autre motivation, éthique celle-là. En 2016, Apple avait été accusé d’utiliser du cobalt provenant de mines où travaillent des enfants. L’entreprise avait alors renoncé à ses liens avec les moins importants des acteurs du secteur minier, davantage susceptibles d’exploiter des enfants.



Voitures, smartphones: Des batteries conçues grâce au travail d'enfants congolais?


Les entrailles de votre smartphone cachent peut-être le travail d’un enfant congolais. Amnesty International a appelé ce mardi l’industrie électronique et automobile à faire preuve de vigilance dans ses approvisionnements en cobalt, composant essentiel de nombreuses batteries, afin de s’assurer que celui-ci n’a pas été produit par des enfants en République démocratique du Congo.

L’organisation appelle dans un communiqué «les sociétés multinationales qui utilisent des batteries lithium-ion dans leurs produits à procéder à des contrôles en matière de droits de l’Homme en enquêtant pour savoir si le cobalt (utilisé dans ces batteries) est extrait dans des conditions dangereuses ou par des enfants, et à être plus transparents sur leurs fournisseurs». La RDC, rappelle lAmnesty, assure à elle seule plus de la moitié de la production mondiale de cobalt.

Apple et consorts incapables de déterminer l’origine de leur cobalt

A côté de quelques grands groupes qui assurent l’essentiel de la production du pays, concentrée au Katanga, des dizaines de milliers de «creuseurs» (mineurs clandestins), dont beaucoup d’enfants, travaillent dans des conditions d’hygiène et de sécurité déplorables, souvent au risque de leur vie pour une rémunération dérisoire dans des galeries souterraines creusées avec des outils rudimentaires.

A l’issue d’une enquête menée auprès de 16 multinationales, parmi lesquelles des grands noms de l’électronique ou de l’automobile, comme Apple, Daimler, Lenovo, Microsoft ou Samsung, Amnesty International affirme que ces sociétés, dans l’ensemble, sont incapables de déterminer l’origine du cobalt utilisé dans les batteries lithium-ion fabriquées par des fournisseurs chinois qu’elles utilisent dans leurs produits.

Une loi négligemment appliquée

La RDC regorge de ressources minières mais reste l’un des pays les moins développés au monde. La richesse du sous-sol contribue à alimenter les conflits armés qui déchirent depuis plus de vingt ans l’est du pays, en particulier les provinces du Nord et du Sud-Kivu, grosses productrices d’or, d’étain, de coltan, et de tungstène.

Pour éviter que des entreprises ne financent indirectement les conflits en RDC, une loi américaine sur ces minerais dits «du sang» entrée en vigueur en 2014 impose aux sociétés cotées aux États-Unis de divulguer aux autorités de régulation boursière américaines si elles emploient ces matières premières et, le cas échéant, de leur notifier si elles ont utilisé de tels matériaux extraits de la RDC ou de ses neuf pays voisins.

Dans un rapport publié en avril 2015 avec l’ONG Global Witness, Amnesty International accusait les grandes entreprises américaines de négliger leurs obligations découlant de cette loi.



www.20minutes.fr Source:Voitures, smartphones: Des batteries conçues grâce au travail d'enfants congolais? 20 Minutes avec agence
Publié le 21/02/18 à 16h19


Kyungu et Katumbi assis côté à côte expliquent leur combat

Par root, 21 Février 2018, 0:07 (0 commentaire)
Vidéo. Depuis deux semaines les rumeurs allaient bon train autour d’un éventuel divorce entre Moïse Katumbi et Gabriel Kyungu, notamment après la visite, à Lubumbashi, chez le patron du G7, de Joseph Olengha Nkoy.

Vidéo de la rencontre Katumbi – Kyungu

Une rencontre que la majorité présidentielle et les transfuges de l’opposition ont tenté de monter en épingle pour démontrer que Kyungu était au bord de la rupture et prêt à tout concéder au pouvoir de Joseph Kabila.

Arrivé jeudi à Bruxelles pour des soins, Gabriel Kyungu n’a pas tardé à rentrer en contact avec l’ancien gouverneur du Katanga. Le malaise entre les deux hommes ? « Aucun », expliquait dès jeudi à Lalibreafrique, un membre du G7, lui aussi à Bruxelles. « Kyungu est un politicien auquel on ne raconte pas d’histoire. Il est déterminé à mener son combat jusqu’au bout pour le départ de Joseph Kabila. Il n’y a que les grands naïfs qui pensent qu’il va céder aux sirènes du pouvoir. Olengha Nkoy n’a rien obtenu. »

Une version confirmée ce samedi dans une vidéo (voir ci-dessous). Kyungu et Katumbi assis côté à côte expliquent leur combat commun et mobilisent les Congolaises et les Congolais pour ma marche de ce dimanche. Sur ces images, le message est clair. Les deux hommes sont plus unis que jamais. Ils parlent d’une même voix à la veille de la marche des catholiques de ce dimanche 21 janvier.

Une marche pacifique que les deux hommes soutiennent sans condition. Une marche pour laquelle Moïse Katumbi a lancé un message clair aux forces de l’ordres : « refusez les ordres de vos supérieurs. Ne tirez pas sur vos soeurs et vos frères ».



Encore un coup d’Etat de Katumbi !


http://mastakongo.com/news/images/Articles_photo/2018/february/Neheme-Mwilanya-Wilondja-et-Kalev-Mutondo-cherchent-la-peau-de-moise-katumbi.jpgOn prend les mêmes et on recommence ! Ou presque. Ce lundi, une fois encore, le pouvoir en place à Kinshasa a planché sur l’arrestation de Moïse Katumbi pour tentative de coup d’Etat. Aux commandes de ce dossier, on retrouve toujours le patron des renseignements, l’infatigable Kalev.

« Ce dossier du coup d’Etat, cela fait pratiquement deux ans qu’il le ressort à chaque occasion », s’amuse un ministre congolais qui ne cache pourtant pas sa frustration à l’égard du patron de l’ANR. « On ne comprend pas comment il est encore à son poste et comment il a toujours la confiance du président », poursuit-il.

Ce lundi en soirée, Kalev, flanqué, notamment, de Néhémie Mwilanya Wilondja, le directeur de cabinet du président, mais aussi de Jean Mbuyu Luyongola, le tout nouveau conseiller spécial du président en matière de sécurité, se sont réunis pour plancher une nouvelle fois sur de nouvelles charges contre Moïse Katumbi.

En réalité, c’est toujours le même scénario qui est brandi depuis la veille de l’exil de Moïse Katumbi. L’ex-gouverneur du Katanga serait en train de préparer un coup d’Etat .
« La ficelle est énorme mais ça ne les dissuade pas », continue notre ministre. « L’ordre de relancer ce dossier a été donné par Joseph Kabila lui-même, dès qu’l est revenu de sa visite en Zambie. On ignore le contenu de la discussion avec le président zambien mais il est revenu plus déterminé que jamais à faire tomber Katumbi », explique un membre de l’opposition congolaise, depuis Kinshasa. « C’est bien la preuve que les rumeurs d’une rencontre Kabila – Katumbi à Lusaka relèvent du grand n’importe quoi. En fait, on assiste aujourd’hui à une campagne de désinformation qui vise à déstabiliser l’opposition, en tentant de la diviser ou de la discréditer. Le pouvoir va monter en puissance toute la semaine. La marche de dimanche leu fait peur. »

« Katumbi est le dernier à leur faire peur »

« En réalité, ce qui leur fait peur, c’est la marche du 25 février et Moïse Katumbi. Pour eux, c’est le dernier obstacle. Avec la révision de la loi électorale, le PPRD a coupé le ailes à toute l’opposition. Personne n’a les moyens de couper la route à ce parti… sauf Moïse Katumbi », explique un diplomate européen en poste à Kinshasa jusqu’il y a peu. « Pour les Kabilistes, il est essentiel que la marche du 25 ne leur pète pas au visage, qu’il y n’y ait pas une trop forte mobilisation populaire et qu’ils puissent mettre hors d’état de nuire Moïse Katumbi. »

« Les avocats de Katumbi ont saisi la cour constitutionnelle dans le dossier de la spoliation, on peut déjà annoncer que ça n’aboutira pas, des consignes ont été donnés aux juges en ce sens », explique un membre de la majorité présidentielle. « Katumbi, c’est le dossier personnel de Kalev. Lui, même si les évêques ont dit que cette condamnation était une aberration, il s’en moque. Il n’a de compte à rendre à personne, sauf à Kabila. Et celui-ci lui a donné une mission ferme et définitive, empêcher le retour de Katumbi et, pour ce faire, il a tous les moyens de l’Etat à son service »

« Pour un gars comme Kalev, la lutte pour se maintenir au pouvoir est une lutte vitale. Il sait pertinemment bien que si ce pouvoir tombe, il se retrouve à la CPI », conclut un avocat belge très impliqué dans les dossiers congolais.

20 janvier 2018 Hubert Leclercq afrique.lalibre.be
et Lalibre.be Source: Encore un coup d’Etat de Katumbi !


Message des prêtres aux dirigeants de la RDC - 10 FÉVRIER 18

Par root, 17 Février 2018, 17:21 (0 commentaire)
« Nous portons le combat de la libération du Congo à son niveau mystique »

Message des prêtres aux dirigeants de la RDCMessage des prêtres aux dirigeants de la RDC

MESSAGE DES PRÊTRES, RELIGIEUX ET RELIGIEUSES KINOIS A L’OCCASION DE LA CÉLÉBRATION DES OBSÈQUES DES VICTIMES DE LA MARCHE PACIFIQUE DES CHRÉTIENS DU 21 JANVIER 2018.

Éminence Cardinal Archevêque ;

Excellences Messeigneurs les Evêques Auxiliaires,

Distingués invités,

Nous prenons la Parole au nom du presbyterium et de tous les consacrés œuvrant dans l’archidiocèse de Kinshasa pour nous adresser au pouvoir actuel de notre pays à l’occasion des funérailles ecclésiastiques des victimes de la marche pacifique des chrétiens du 21 Janvier 2018. Il est vrai que nous nous sommes rassemblés aujourd’hui pour prier en faveur de ces derniers morts dont une fille qui se préparait à se consacrer à Dieu pour servir les pauvres. Il est aussi vrai que lorsque nous pleurons ces morts du 21 Janvier, nous sentons remonter en nous, les douleurs causées par les tueries du 31 décembre 2017 et le massacre de beaucoup d’autres congolais (plus de Huit millions parmi lesquels les évêques, les prêtres, les religieux et les religieuses) qui sont morts partout dans notre pays depuis le début de la tragédie que nous situons en 1997. Nous sommes venus prier pour que le sang de ces dernières victimes mêlé au sang de nombreux congolais massacrés innocemment ne reste pas sans féconder les efforts de survivants que nous sommes.

Oui, lorsque nous pleurons et prions pour ces dernières victimes, nous nous rappelons aussi l’amertume des souffrances morales et physiques que le pouvoir en place fait subir aux chrétiens et aux prêtres depuis le 31 décembre 2017. Nous sommes devenus la cible de leur terreur. Une terreur jamais connue dans cette ville qui est allée jusqu’à déshabiller publiquement un prêtre, des prêtres sont fréquemment molestés, insultés même à travers les médias de l’Etat, brutalisés et kidnappés en plein exercice de leurs services pastoraux, etc. Des cures et couvents constituaient des endroits les plus sécurisants sont devenus des lieux d’insécurité. Aujourd’hui à 2h (vendredi 09 février 2018) les prêtres de Saint Théophile de Kimbanseke ont été dévastés par des bandits. C’est du jamais vu dans cette ville. Quel sacrilège et quelle indignité pour un pays majoritairement chrétien.

C’est du dedans de cette lamentation que nous les prêtres, religieux et religieuses voudrions, à l’instar des prophètes de l’Ancien Testament, de Jésus-Christ lui-même et de ses apôtres, pleurer sur la ville de Kinshasa et sur ses dirigeants politico-administratifs, civils et militaires. Nous portons le combat de la libération du Congo à son niveau mystique. Nous voudrions pleurer sur ce pays la République Démocratique du Congo et sur ses dirigeants ainsi que leurs alliés locaux et internationaux. Nous versons nos larmes en notre qualité de Prêtre, de Prophète et de Roi. Nous sommes des milliers de Congolais qui avons fait le sacrifice de notre vie à Dieu pour le service de plus pauvres. Nous œuvrons sans but lucratif et nous nous dévouons à offrir tous les jours des sacrifices spirituels et des services sociaux dans des conditions inacceptables pour le bien de ce pays.

Nous ne sommes pas des politiciens, nous ne sommes ni de gauche ni de droite. Nous sommes des prêtres et entant que tels, nous avons la mission prophétique de veiller sur la bonne marche de la cité. Cette mission prophétique qu’aucun politicien sensé n’ignore est légale. Malgré les grandes études que fait le prêtre, il ne se dérobe pas de la mission que le Christ lui a confiée. Il est toujours à coté du peuple. C’est ainsi que le prêtre peut s’exprimer sur la situation actuelle avec beaucoup de certitudes. Le prêtre voit la lumière où vous voyez l’obscurité, il voit l’avenir où vous voyez le néant, il voit l’espérance quand vous parlez de doute, il est sans peur quand vous vous versez dans l’anxiété, il s’ouvre à l’amour lorsque vous vous enfermez dans la haine.

Si, en effet, vous les dirigeants sentez l’obligation de réprimer dans la violence le droit du peuple à la manifestation, tolérez aussi que le prêtre ait l’obligation de dénoncer cette barbarie. Nous sommes conscients de la confiance que vous faites à vos armes pour réprimer les pauvres qui crient leur souffrance et leur désolation. Mais soyez en sûrs, à vous les armes et à Dieu la victoire. Dieu est amour. Nous croyons à son amour. La haine qui envahit aujourd’hui les cœurs de beaucoup de nos dirigeants n’influencera en rien l’amour du Christ qui habite le cœur du prêtre. Car le Christ est toute bonté. Nous vous recommandons d’éviter toute sorte de stratégie inspirée par la peur, la malveillance, la haine, l’égoïsme, la déloyauté. Inspirez-vous par l’amour. Regardez autour de vous. Vous ne voyez rien ? Regardez à votre intérieur. Vous ne sentez rien ? Le mal a pris possession de notre cité. Un mal qui évolue comme un virus dans le cœur de tout le peuple.

Heureusement il y a encore les fils du pays, les vrais fils du pays qui tiennent encore les torches allumées dans ce tohu-bohu d’obscurité. Le prêtre joue son rôle. Il ne se taira jamais parce que vous l’avez molesté ou avez tué son confrère. Nous avons un devoir sacré de prier pour le pays et ses dirigeants, de les accompagner par nos sages conseils éclairés par la Parole de Dieu. Nous avons également le droit de dénoncer les dérives des gestionnaires du pays pour préserver l’avenir de la cité contre les maux multiformes qui caractérisent la gestion calamiteuse de notre pays comme nous le déplorons tous depuis ces dernières années. C’est fort de cela, que nous soutenons l’action du Comité Laïc de Coordination tendant obtenir l’application intégrale des accords du 31 décembre 2016. Comment alors comprendre que l’exercice d’une telle noble mission provoque la violence et poussent les dirigeants du pays à s’en prendre aux prêtres ? Les dirigeants politico-administratifs, civils et militaires de cette ville et de ce pays qui se livrent à ce sacrilège savent-ils qu’ils se rendent coupables de peines spirituelles qui peuvent leur être infligées par le pouvoir sacerdotale dont les prêtres sont porteurs ? Nous en appelons donc à la conscience de chacun. On ne protège pas son pourvoir par des actes de sacrilège et de profanation. Pour votre délivrance, vous qui avez commis et qui commettez encore des profanations à l’endroit du sacré par vos actes, vos projets, vos propositions ou vos interventions dans les médias, passez au confessionnal. Beaucoup parmi vous êtes catholiques. Vous connaissez bien l’Eglise ou par votre foi ou par la formation intellectuelle reçue. Il ne peut y avoir l’inadéquation entre la foi que vous proclamez à l’Eglise et l’exercice de votre pouvoir temporaire.

Quant à nous, prêtres, religieux et religieuses, nous vous pardonnons. Nous sommes les hommes de Dieu. Il ne faut pas chercher à nous intimider par des mensonges dans les médias, les appels de menaces à la mort, des arrestations arbitraires, des projections pour nous tendre des pièges afin qu’on vous laisse tranquille. Il faut plutôt instaurer la justice et le droit. Vous verrez que vous serez satisfait et fier de vos œuvres. Dans la situation actuelle, personne n’est à l’aise. Cherchons la voie de l’amour et non des armes. Travaillez pour le bien-être de tous et non pour l’argent. Battons-nous pour construire la vérité et non le mensonge. Quelque soit la falsification, la vérité trouve toujours son sentier. Cessez de gaspiller vos énergies pour vous renseigner sur nous. Car vous ne trouverez rien d’autre sinon ce que vous connaissez déjà du prêtre ou de la religieuse. Nous allons continuer à prier pour vous et pour l’ensemble de notre pays.

C’est pourquoi prêtres, religieux et religieuses se concentreront à des exercices spirituels spéciaux pour l’expiation des péchés de tous ceux qui ont nui à l’Eglise et aux innocents durant cette période difficile. Une intention particulière est réservée aux dirigeants de cette ville et de ce pays. Et voici notre agenda :

– Mercredi 14 février : mercredi des cendres journée de sacrement de pénitence

– Du jeudi 15 au samedi 17 février : 3 jours de jeûnes et prières avec des thèmes répartis de la manière suivante :

*jeudi 15 (pour ceux qui nous font souffrir),

*vendredi 16 (pour les chrétiens persécutés) et

samedi 17(pour la paix et la justice).

Les prières de ces trois jours sont aussi en connexion avec nos pères les évêques qui seront en session extraordinaire de la CENCO.

– Vendredi 23 : journée de prière par la recommandation du Pape

Nous demandons aux fidèles d’être du même cœur avec leurs prêtres.

Que vive notre Dieu!

Que vive notre Eglise!

Que vive l’Etat de droit en RDC!

Au nom de tous les prêtres, religieux et religieuses nous vous remercions.

Abbé Jean-Marie KONDE (rapporteur)

10 FÉVRIER 2018 CECOS - CENCO cenco.org


Hotel JiJi (example)

Four stars Hotel with swimming pool

  • Classe!

    Our rooms are spacious and modern. Large swimming pool.

    Reserve today
  • Nice Hotel!

    Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Praesent volutpat, lectus non lacinia luctus, dolor ante luctus justo, et consequat elit odio nec sem.

    More
  • Come visit us!

    Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Praesent volutpat, lectus non lacinia luctus, dolor ante luctus justo, et consequat elit odio nec sem. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

    More

Rechercher

 
 

Newsletter

Vous devez être enregistré pour pouvoir vous inscrire à la newsletter du forum

.
website security
 
Top