Version haut débit de: MastaKongo Infos
Aide - Rechercher - Membres

Bataille des chiffres en R.D CONGO

root (04 Février 2018, 18:13)
La marche des Congolais, du 21/01/2018, comme du 31/12/2017, réprimée dans le sang par un pouvoir assassin du nommé Joseph Kabila, a donné des chiffres différents au niveau de la Police et à celui des observateurs indépendants.

Bataille des chiffres en R.D CONGO

Cette différence s'explique par le fait que la police, cherchant à camoufler l'ampleur de ses crimes, tue et enlève les corps pour une destination inconnue. Il est même arrivé des fois que la police est allée enlever des corps des victimes à la morgue de l'Hôpital Général de référence ex-Mama Yemo, pour une destination inconnue des familles.

C'est dire qu'on a à faire à un pouvoir terroriste et criminel, décidé de réprimer impunément les droits fondamentaux du peuple congolais, reconnus par la Constitution. Et dire qu'il s'agit des individus sans mandat du peuple, mais qui entendent confisquer le pouvoir et s'y maintenir par défi. Ce qui rend leur responsabilité dans les massacres d'autant plus lourde. Ils se félicitent de leurs appuis humains. Mais qui est éternel sur cette terre ? Et au-delà de la tombe, quel destin ? Atundu Liongo répond : « A bas le peuple congolais ! A bas l'Archevêque de Kinshasa et son Comité laïc des Catholiques ! Vive Kabila ! Vive la M.P » ! Atundu se trompe. Il défend son porte-monnaie.



Quant au peuple congolais, l'heure est à la vigilance tous azimuts. Les enjeux du moment sont extrêmement graves. Le peuple congolais a, cette fois-ci, mis en jeu sa crédibilité en tant que peuple conscient de ses responsabilités historiques. Comme le peuple Togolais.

Les enjeux actuels sont que :

1) Si on ne passe pas à la vitesse supérieure dans les actions contre Kabila, il risque de nous surprendre.

2) A l'actuelle réunion de l'UA, c'est Paul Kagame qui sera élu président de l'UA pour toute l'année 2018. Il va donner un coup de main à Kanambe pour accélérer la balkanisation du Congo, tout en essayant d'endormir le peuple congolais en l'invitant au dialogue avec le nommé Kabila.

3) Un chemin de fer est, semble-t-il, en construction entre la Zambie et la Tanzanie. Sa rentabilité ne sera essentiellement garantie que par l'évacuation frauduleuse des minerais de la R.D Congo. Pour cela, le nommé Kabila doit être maintenu à la tête du Congo, puisqu'il est collabo et symbolise un leadership zéro.

4) L'annexion de l'Est du Congo au Rwanda est un impératif ; elle doit se faire, selon le complot contre l'intégrité territoriale de la RDC, pour justifier l'installation de l'usine de traitement du coltan au Rwanda qui n'en possède pas ; et l'usine de traitement de l'or congolais en Ouganda. Donc la faiblesse de l'Etat congolais fait le bonheur de ses voisins jaloux, et des Etats esclavagistes d'Occident. Tout cela nécessite le maintien de Kabila en RDC. Et ce dernier est décidé, avec ses mercenaires du M23 et Tanzaniens, d'aller jusqu'au bout. Le monde condamne, mais n'agit pas. Ainsi, « les chiens aboient et la caravane continue son bonhomme de chemin ». Mais ce beau monde qui condamne verbalement, s'accommode de la faiblesse de la RDC symbolisée par le nommé Kabila.

5) L'Eglise catholique de la RDC doit faire très attention. On va envoyer aux prêtres des jeunes filles avec des caméras. Au moindre faux pas, les images seront lancées dans les réseaux sociaux pour discréditer l'Eglise.





MUAKA MATADI

22/01/2018